Copie de DSC_0144.jpg

Laurine Wagner | Août 2022

Fugitive World, 2019 - ...

Installation interactive, vidéographique et sonore

L’eau coule entre les phalanges et s’échappe par tous les pores de cette installation de Laurine Wagner. L’eau, incontrôlable, qui rythme le flux des conversations que l’artiste partage avec la cinquantaine de personnes qu’elle interroge au sujet de l’implacable montée du niveau de l’océan qui submergera tôt ou tard leur lieu de résidence. Cadencées par ces témoignages, des images de paysages à disparaître affluent, et le spectateur ne peut s’empêcher de ressentir pour ces visions une nostalgie précoce. Ces fragments numériques seront-ils un jour tout ce qui reste de ces panoramas ? Le temps qui défile comme un torrent, inéluctable et emportant tout sur son passage, est sans pitié. L’installation Fugitive World nous projette d’amont en aval, de l’humain, -dans ses doutes, ses questions et ses certitudes, à l'universalité de paysages en sursis, de l’absolu au particulier, en d’incessants et exaltés allers-retours.


Définit par l’artiste comme “mémorial anticipé”, cette œuvre se propose de dresser un état des lieux visuel, sensible et humain des terrains de catastrophes à venir. Le mémorial, rappelons-le, c’est bien sûr une histoire de commémoration, mais c’est également un livre relatant des faits mémorables. Chaque témoignage, dans sa singularité, prélève un échantillon universel. Il est question de mémoire, ici, mais d’une mémoire qui appréhende, d’une tentative désespérée de faire trace. Parce que peut être, faire trace c’est, quelque part, un peu sauver. Le sauvetage commence, peut être, par l’art, cet art de la parole fleuve qui nous interroge, nous prend à parti et nous reconnecte aux rhizomes de notre humanité.

Luci Garcia

(les surlignages ont été réalisés par l'artiste)

TEMPS, PASSE/PRESENT/FUTUR : rythme, cadencées, affluent, temps, défile, sursis, anticipé, état des lieux, à venir, relatant

TERRAINS : conversations, résidence, paysages, panoramas, questions, certitudes, allers-retours, terrains, prélève

 

EAU : eau, flux, niveau de l’océan, submergera, torrent, fleuve

 

DISPARITION : incontrôlable, disparaître, emportant tout sur son passage, catastrophes, commémoration

 

MEMOIRE, TRACES : témoignages, fragments numériques, mémorial, histoire, faits mémorables, mémoire, faire trace

 

BUT : entre, images, ressentir, visions, universalité, visuel, sensible, humain, appréhende, sauver, art, parole, interroge, prend à parti, reconnecte, rhizomes

Fugitive World est une œuvre que je développe depuis 2019 et qui consiste en une installation interactive, vidéographique et sonore en cours de réalisation. Il s’agit d’un mémorial anticipé qui allie art, science et société pour interroger la problématique de la montée des eaux, de la résilience (humaine, urbaine), des actions ou innovations mises en place et des potentielles migrations qui pourraient être engendrées dans les lieux qui sont et seront touchés plus ou moins rapidement.

Cet état des lieux international permet de découvrir des entretiens menés avec de personnes que je rencontre au cours de voyages et de résidences artistiques, mais aussi des enregistrements de lieux, qui sont et seront amenés à disparaître en raison de l’élévation du niveau des eaux. En longeant le littoral, j’enquête, je sonde les consciences et ressentis de chacun pour sensibiliser autant de personnes que possible à l’urgence d’agir à la fois, individuellement et collectivement.

Fugitive World est composé à ce jour d’une cinquantaine de témoignages réalisés dans plusieurs lieux aux Pays-Bas (Hoek van Holland, La Haye, Katwijk aan Zee, Leiden, Leiderdorp, Steigereiland à Amsterdam), en Italie à Venise, dans le Nord de la France (Dunkerque, Ambleteuse, Wissant, Wimereux, Berck-sur-mer, Groffliers, Saint-Malo) ou à la Martinique (Sainte-Luce, Le Prêcheur, Le François).

Laurine Wagner, août 2022