pourunetreve3RVB.jpg

Manon Nicolay | Octobre 2020

POUR UNE TRÊVE, 2020
verre feuilleté peint, treillis métallique — 160 x 130 x 120 cm

 

Confrontant l’esthétique minimale et rigide de la grille à une matière se fissurant sous son propre poids, Pour une trêve explore les notions de violence, d’oppression et de dégradation dans l’espace domestique. Son titre illustre le maintien temporaire de l’ensemble et invite le spectateur à se projeter mentalement dans le futur : le temps devient alors un élément intégrant de la sculpture.

Manon Nicolay, 2020

pourunetreveRVB.jpg
pourunetreve2RVB.jpg

Manon Nicolay développe un travail sculptural qui expérimente la matière, sa masse et sa résistance. Ses sculptures et installations d’inspiration minimaliste, entre tenue et effondrement, sont suspendues dans l’instant où tout chavire.


Inspirée par les matériaux de construction, ses pièces sont viscéralement ancrées dans le réel. Les matériaux bruts, déconstruits, tordus, brisés... semblent dialoguer entre eux et s’opposer en même temps qu’ils se complètent : l’un ne domine jamais totalement l’autre, car son travail met en scène les répercussions psychiques et corporelles de la violence. Motivées par un sens esthétique issu de la scène artistique contemporaine allemande et américaine autant que par ses expériences personnelles et ses convictions, ses pièces remettent en question les conceptions de solidité et de fragilité.

Luci Garcia